rotate background

Le jeu en vaut la chandelle

Hydratation oculaire

Sans son film lacrymal humectant, l’œil ne peut pas assurer une vision optimale. Un œil sec est en outre irrité et sensible aux maladies. Si vous souffrez de problèmes oculaires, veillez donc à bien humecter vos yeux.

Christiane Schittny, pharmacienne

La sécheresse oculaire touche environ une personne sur dix dans notre pays, le plus fréquemment les personnes âgées et les femmes. Ses symptômes – irritation et rougeurs oculaires, sensation de corps étranger, sensibilité à la lumière, fatigue oculaire ou, paradoxalement, larmoiements – sont non seulement désagréables mais peuvent aussi, à la longue, affecter ce sensible organe des sens. Voici ce que vous pouvez faire pour lutter contre la sécheresse oculaire.

Un trésor d’ingéniosité
Commençons par quelques connaissances de base, qui permettent de mieux comprendre pourquoi l’œil peut se dessécher et comment remédier au mieux au problème. Saviez-vous que le film lacrymal protecteur ne se compose en aucun cas uniquement d’eau mais de trois couches (ou phases) successives, qui ont toutes une fonction bien spécifique? Directement à la surface de l’œil, c’est la couche de mucine. 
Elle contient différentes substances mucilagineuses qui sont directement en contact avec la cornée. Ces substances protègent la surface de l’œil, préviennent les infections par les microorganismes et assurent une bonne humidification.
Au-dessus de la couche de mucine, se trouve la couche aqueuse hydratante. Elle forme la composante principale du film lacrymal et est majoritairement sécrétée par les glandes lacrymales. Comme son nom l’indique, cette phase contient surtout de l’eau, mais aussi de l’oxygène et du glucose, ainsi que d’autres nutriments importants pour l’œil. On y trouve également des immunoglobulines, qui jouent un rôle majeur dans la défense contre les infections.
En contact avec l’environnement extérieur, se trouve enfin la couche lipidique. Elle se compose d’une sécrétion riche en lipides produite par les glandes qui bordent les paupières. Cette phase évite que la couche aqueuse sous-jacente ne s’évapore. En outre, la couche lipidique forme une barrière contre différentes influences environnementales et stabilise l’ensemble du film lacrymal.

Pourquoi souffre-t-on de sécheresse oculaire?
Il existe probablement deux grandes causes de sécheresse oculaire. D’une part, la fonction du film lacrymal, avec sa structure complexe, peut être détériorée – par exemple quand les glandes lacrymales produisent trop peu de larmes ou quand la couche lipidique ne parvient pas à empêcher l’évaporation du fait d’un défaut de composition. Dans ce cas, le film lacrymal se déchire, la surface de l’œil n’est plus complètement humectée et se dessèche. D’autre part, d’après les dernières connaissances disponibles, il semble que la sécheresse oculaire puisse résulter d’une réaction inflammatoire immunologique possiblement déclenchée par une évaporation trop rapide ou un manque de liquide lacrymal.
Différentes influences extérieures jouent aussi un rôle, notamment l’air sec des pièces climatisées, le port de lentilles de contact, la pollution atmosphérique ou le fait de ne pas cligner suffisamment des yeux lors du travail sur écran. Certaines maladies sous-jacentes comme le diabète ou une affection thyroïdienne, l’influence des hormones ou la prise de certains médicaments (bêtabloquants, antihistaminiques, antidépresseurs, pilule contraceptive) sont d’autres facteurs de risque de sécheresse oculaire.

Que faire?
Pour traiter durablement et efficacement la sécheresse oculaire, agissez idéalement sur trois plans avec un collyre, un spray oculaire et le nettoyage du bord des paupières:
– Le collyre vise à stabiliser le film lacrymal et à humecter la surface de l’œil. Vous trouverez en pharmacie différentes associations d’actifs. Ces gouttes à instiller dans l’œil apportent un soulagement immédiat et aident à contrôler les symptômes à long terme. Très bien tolérées, elles peuvent être instillées plusieurs fois par jour sur une période prolongée et ne risquent pas d’interagir avec d’autres médicaments.
– Le spray oculaire stabilise la couche lipidique du film lacrymal et permet ainsi de mieux humecter la surface de l’œil et les paupières. Simple à utiliser, il s’applique trois à quatre fois par jour à raison d’une à deux pulvérisations à dix centimètres de distance sur les paupières fermées. Ces sprays cliniquement testés peuvent aussi s’utiliser sur les yeux déjà maquillés et lentilles de contact en place.
– Un produit de nettoyage du bord des paupières doux pour la peau et exempt de tensio-actifs, appliqué le matin et éventuellement le soir, complètera le traitement. Si la fonction des glandes sébacées est perturbée, des sécrétions durcies peuvent les obstruer et provoquer une inflammation. Pour détacher ces petites croûtes, appliquez d’abord une compresse humide pendant trois minutes environ sur chaque œil. Massez ensuite doucement les paupières supérieure et inférieure en direction des cils avant d’essuyer précautionneusement le bord des paupières pour éliminer le sébum.

Le saviez-vous?
Paradoxalement, des yeux qui ont tendance à larmoyer peuvent être un symptôme de sécheresse oculaire. Par quel mécanisme? Quand la cornée n’est pas suffisamment humectée à cause de la sécheresse oculaire, les glandes lacrymales réagissent en produisant toujours plus de larmes pour compenser le manque de liquide. La surface de l’œil ne peut toutefois absorber qu’une quantité limitée de liquide: la portion superflue de liquide lacrymal s’évacue sous forme de larmes.

Cas où une bonne hydratation oculaire est essentielle
– Port de lentilles de contact (surtout avec les lentilles souples)
– Travail prolongé sur écran
– Personnes souvent exposées à une haute pollution atmosphérique ou aux courants d’air
– Personnes âgées
– Femmes pendant la ménopause
– En présence d’une inflammation de l’œil ou d’une malformation oculaire congénitale
– Personnes atteintes de maladies pouvant affecter les yeux
– Prise de médicaments qui dessèchent les yeux
– Larmoiements fréquents dus à une réaction allergique