rotate background

Le jeu en vaut la chandelle

Une seule deuxième chance

Avez-vous déjà pensé faire l’impasse sur le brossage des dents? L’hygiène bucco-dentaire doit-elle vraiment être quotidienne? Mordre la vie à pleines dents exige-t-il vraiment tous ces produits d’hygiène dentaire alors qu’un requin s’en passe fort bien?

Irene Strauss, pharmacienne

Il faut bien l’admettre: un requin n’a pas beaucoup de soucis à se faire en matière de soins des dents. Pendant ses vingt à trente années de vie, ses quenottes sans racines poussent en fait de manière illimitée. Un seul requin peut ainsi user plus de trente mille dents dans sa vie. Chez nous, êtres humains, la situation est définitivement tout autre: comme chacun sait, nos vingt dents de lait ne sont remplacées qu’une seule fois par maximum trente-deux dents définitives. L’usage de la brosse à dents reste donc incontournable si nous voulons conserver notre relativement petit nombre de dents toute notre vie durant. Mais le brossage est aussi important à d’autres égards. Vous voulez savoir pourquoi il en vaut la peine en dehors de son petit effet fraîcheur?

Enrayer la perte des dents
La première priorité de l’hygiène bucco-dentaire, c’est de préserver les dents. Pendant longtemps, on a pensé que nos dents étaient simplement vouées à tomber au fil des années parce qu’elles étaient usées. On pensait que la récession du parodonte (structure de soutien des dents) était inévitable avec l’âge. Or, on sait aujourd’hui que ce sont essentiellement des bactéries qui sont responsables de la perte des dents. Quand elles libèrent des poisons (toxines) au bord de la gencive, notre organisme réagit par une inflammation appelée parodontite. Dans un premier temps, la gencive rougit, enfle et saigne lors du brossage. En l’absence de traitement, ce processus inflammatoire peut s’étendre aux tissus osseux et conjonctif du parodonte, autrement dit à l’ensemble de la structure de soutien des dents. Au final, la dent n’est plus suffisamment maintenue et finit par tomber. Une bonne hygiène bucco-dentaire réduit la prolifération des bactéries et évite de perdre ses dents précocement.

Prévenir le tartre
Le brossage des dents vise aussi à éliminer la «plaque dentaire», un biofilm collant mais d’abord invisible qui se forme chaque jour à la surface de la couronne. Il se compose de microorganismes, de glucides, de phosphate et de protéines et s’élimine facilement au brossage. Mais si l’on néglige ce dernier, une nouvelle couche se forme à chaque fois, puis ces couches successives se minéralisent et durcissent: ce tartre tenace doit alors être éliminé par un professionnel de l’hygiène dentaire. La quantité de tartre et la vitesse à laquelle il se forme dépendent aussi de la composition de la salive et peuvent donc beaucoup varier d’une personne à l’autre, mais une bonne technique de brossage permet de garder la situation sous contrôle.

Éviter les caries
Les choses se compliquent quand, pour compléter le tableau, on nourrit la plaque avec des boissons ou des plats sucrés. Les bactéries du biofilm ont alors tout le loisir de proliférer et transforment en quelques minutes le sucre consommé en acide lactique. Cet acide, tout comme celui contenu dans les aliments et les boissons, déminéralise les dents et attaque l’émail voire, à un stade plus avancé, la substance dentaire, donnant naissance à des «trous» dans les dents: les caries.

Agir avant d’avoir mal
Les maux de dents liés aux caries se manifestent quand l’atteinte dentaire touche déjà la pulpe et les nerfs qui s’y trouvent. Mais souvent, il suffit aussi que les petits canaux à l’intérieur de la dentine (canalicules dentinaires) soient exposés et transmettent les stimulus extérieurs comme le froid jusqu’aux nerfs pour avoir mal. Si ces petites cavités mesurant un à deux micromètres ne sont pas scellées à l’aide d’un dentifrice spécial, p. ex. à base d’arginine, on devient vite plus sensible à la douleur.

Réduire les maladies graves
Les bactéries de la cavité buccale ne nuisent pas seulement à la santé de nos dents. Elles peuvent aussi passer dans la circulation sanguine et augmenter le risque de certaines maladies graves comme le diabète ou les maladies cardiaques. C’est pour cette raison que les personnes qui portent une valve cardiaque artificielle doivent toujours prendre un antibiotique en prévention lorsqu’une intervention importante est prévue chez le dentiste. Une inflammation de la région du cœur pourrait s’avérer dramatique. Une bonne hygiène bucco-dentaire permet donc aussi de réduire ces germes pathogènes.

En pleine conscience
Le brossage des dents peut également être un temps de méditation. C’est un moment parfait pour prendre conscience de tous ses sens. Au prochain brossage, essayez donc de sentir le goût et l’odeur de votre dentifrice. Sentez le massage léger des poils de la brosse sur la gencive. Écoutez les bruits ainsi produits. Et même si cela risque de vous sortir de votre contemplation, activez à l’occasion votre sens de la vue et vérifiez régulièrement l’état de votre brosse à dents.

L’hygiène bucco-dentaire parfaite
Brossez-vous les dents deux fois par jour avec une brosse et des produits de soin dentaires de grande qualité qui préservent l’émail, sans exercer trop de pression (il faut brosser pas récurer!).
Nettoyez aussi une fois par jour les espaces interdentaires avec du fil dentaire ou des brossettes spéciales.
– Une fois par semaine, offrez à votre émail un traitement intensif avec un gel au fluor.
Après avoir mangé du sucre, brossez-vous immédiatement les dents afin de ne pas laisser le champ libre aux bactéries cariogènes.
Après la consommation d’aliments acides (p. ex. une orange) attendez au moins 30 minutes avant le brossage pour ne pas polir l’émail ramolli par l’acide.
Faites toujours sécher votre brosse à l’air libre et changez-la au moins tous les deux à trois mois.

Records dentaires du règne animal
– Les dents de souris sont les plus dures. Avec 9,6 points sur l’échelle de dureté, elles sont presque aussi dures que le diamant, le matériau le plus dur avec un score de 10.
– Les dents de tatou sont particulièrement nombreuses, en effet qui d’autre a dans la bouche plus ou moins cent quenottes?
– Les dents des éléphants sont certainement les plus lourdes: une défense peut en effet peser plus de cent kilos.
– Les dents du fourmilier sont inexistantes: le museau tubulaire de ce mammifère amateur de fourmis en est entièrement dépourvu.