rotate background

Morsures d’animal

Quand petits tigres et Cie montrent les dents

Serpents, scorpions ou araignées… Tous ont des espèces locales mais leurs morsures sont très rares et généralement sans danger. Saviez-vous par contre que les morsures les plus fréquentes et les plus dangereuses sont à mettre au compte de notre tigre de salon préféré: le chat?

Rebecca Buchmann, pharmacienne

Les morsures d’animal font partie des accidents les plus fréquemment signalés. En principe, toute morsure doit être examinée par un médecin, car elle comporte un risque d’infection du fait des micro-organismes présents dans la bouche et la salive de l’animal. Les plus à risque sont alors les enfants ainsi que les personnes âgées et immunodéprimées. Les plaies profondes et béantes et les morsures aux mains ou au visage sont en outre extrêmement critiques. Quels sont les risques quand nos compagnons à quatre pattes ont les dents trop longues?

Morsure de chat
Qu’on leur frise un peu trop la moustache, qu’on tire une fois de trop sur leur queue ou simplement en jouant: les chats mordent facilement. Bien que la morsure elle-même n’ait pas l’air bien grave, elle s’infecte dans cinquante pour cent des cas. Avec leurs petites dents pointues, les chats font pénétrer les bactéries de leur salive profondément sous la peau, où elles se multiplient et provoquent l’infection. Nos mains y sont particulièrement sensibles. Les tendons et les os y sont très proches de la surface de la peau et peuvent donc s’enflammer facilement en cas de morsure. De plus, quel que soit son site, toute morsure peut entraîner une infection et se compliquer jusqu’à la septicémie, avec des conséquences potentiellement fatales.

Morsure de chien
Le meilleur ami de l’homme n’est pas en reste. Le risque infectieux associé aux morsures de chien est certes moins élevé qu’avec les morsures de chat (dix à vingt pour cent des lésions s’infectent) mais la plaie elle-même est préoccupante et peut laisser des cicatrices disgracieuses. Une morsure de chien peut aller de griffures superficielles à d’importantes lacérations et contusions. Selon la situation, la taille et la force du chien, outre la peau et les tissus sous-jacents, les lésions peuvent aussi impliquer les nerfs, les muscles voire même les os. Si la plaie saigne abondamment, la première priorité est d’arrêter l’hémorragie. Pour cela, appliquez un bandage compressif et surélevez le membre blessé. Puis direction le médecin.

En cas d’urgence
En cas de morsure d’animal, les mesures générales de premiers soins sont d’application (voir encadré). Il s’agit ensuite de détecter au plus tôt les signes d’une infection et de les traiter comme il se doit. Les premiers symptômes apparaissent généralement dans les douze à vingt-quatre heures après la morsure. Observez donc toujours très attentivement la plaie pendant les premiers jours. Les signes d’infection sont une rougeur, des douleurs, un gonflement, une sensation de chaleur et la présence de pus. Par ailleurs, des traits rouges sous la peau qui partent de la morsure sont un signe d’inflammation des voies lymphatiques. Au moindre signe d’infection, un avis médical s’impose.

Ne pas oublier la vaccination
Après toute morsure d’animal, vérifiez votre statut vaccinal. Heureusement, la rage ne pose plus de problème en Suisse, sauf chez la chauve-souris. Votre médecin vous interrogera toutefois systématiquement sur l’origine de l’animal qui vous a mordu. Les animaux domestiques sont généralement vaccinés contre la rage. En Asie et en Afrique, la rage reste toutefois très répandue chez les animaux qui vivent en liberté. Avant un voyage dans un pays à risque, il peut être judicieux de se faire immuniser contre la rage, surtout pour les personnes qui veulent travailler avec des animaux sauvages.
Sous nos latitudes, le tétanos est de loin plus préoccupant. La population suisse est toutefois généralement bien vaccinée; il faut donc juste vérifier de quand date votre dernière vaccination. Si le dernier vaccin antiténatique remonte à plus de cinq à dix ans, il faut procéder à un rappel.

Un risque élevé d’infection
Peut-être vous demandez-vous quelle est la morsure associée au plus gros risque infectieux dans le monde, indépendamment de la présence de venin et de la force de morsure. Surprise: la morsure la plus à risque est celle de l’homme lui-même. Notre flore buccale est hautement infectieuse. Outre une multitude de bactéries, elle peut aussi transmettre certains virus (VIH, hépatites B et C).

Premiers réflexes face à une morsure
Nettoyez la plaie à l’eau et, si possible, avec un peu de savon (en cas de risque de rage, le savon est important).
Désinfectez-la avec un spray désinfectant.
Couvrez la zone lésée d’une gaze et d’un pansement.
– En cas de saignements importants, réalisez un bandage compressif.
Consultez un médecin et emportez votre carnet de vaccination pour vérifier votre statut vaccinal!