rotate background

Chanter

Chanter, c’est bon pour la santé!

Le son de notre propre voix a des vertus curatives, un phénomène étudié de près par le Dr Karl Adamek, chercheur en sciences sociale et pionnier de la recherche sur le chant. Il y a trois ans, il a reçu la croix de l’ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne pour son projet de promotion de la culture quotidienne du chant.

Meta Zweifel

L’enfant qui chante à tue-tête dans la forêt sombre croit-il conjurer le sort en faisant du bruit ou se donne-t-il du courage avec sa propre voix?
Dr Karl Adamek*:
L’enfant sent qu’en chantant, sa peur s’éloigne et qu’il se sent plus courageux. Des adultes parlent encore parfois de ce genre de souvenirs d’enfance. Cet effet prodigieux du simple chant et bien d’autres ne sont pas une question d’âge.

Vous parlez d’effet prodigieux. Y a-t-il une forme de croyance miraculeuse là-derrière?
Non, il ne peut être question de croyance aux miracles ici. L’homme moderne a obtenu de nombreux succès techniques et scientifiques et le progrès poursuit sa marche à un rythme vertigineux. En même temps, nous avons laissé en friche de nombreuses capacités naturelles extraordinaires – comme le simple fait de chanter. En chinois, le mot crise associe la notion de danger et d’opportunité. En ce sens, dans la crise qui marque l’évolution actuelle de notre société, on voit aussi heureusement des efforts pour revenir aux sources et des gens qui s’emploient à exploiter des potentiels enfouis.

Qu’entendez-vous par le «simple chant»?
Voici la règle de base: peu importe le type de chant, qu’il s’agisse de chanson populaire, de pop, de chant classique ou simplement de sons que l’on fait retentir. Ce qui importe avant tout, c’est de prendre plaisir à chanter et de le faire dans une approche détendue et ludique.

Les vertus du chant peuvent-elles s’expliquer d’un point de vue scientifique?
Oui, il s’agit principalement de processus neurobiologiques. Lorsqu’on chante, notre cerveau libère davantage d’hormones du bonheur telles que la sérotonine. En même temps, l’organisme décompose davantage les hormones du stress comme l’adrénaline et la production de mélatonine est stimulée. La mélatonine est notamment responsable du rythme veille-sommeil. Le système immunitaire est lui aussi activé. La liste des résultats des études scientifiques est encore longue. Le chant a un effet antidépresseur, favorise une vision optimiste de la vie et rend plus dynamique. On a pu prouver que chanter est le meilleur moyen de dissiper l’anxiété. Or, l’anxiété galopante – véritable fléau contemporain – favorise l’essor des maladies. De nombreuses personnes sont inconsciemment constamment anxieuses et la dépression se répand comme une trainée de poudre. Le simple chant renforce la confiance en soi et la confiance en la vie. Ce qui m’intéresse avant tout, c’est ce qui fait que nous sommes en bonne santé et les moyens dont nous disposons pour favoriser et préserver notre santé. En fin de compte, chanter optimise le bon fonctionnement de notre cerveau, favorise la santé et rend heureux.

Dans ce cas, c’est important que les parents chantent avec leurs enfants en bas âge?
Oui, selon moi, c’est très important. Dès la quatrième semaine dans le ventre de sa mère, l’embryon est attentif au chant maternel – et l’on a pu prouver que cela a un impact positif sur le développement de son cerveau. Par ailleurs, une vaste étude a montré que les enfants qui chantent se développent mieux à tous les points de vue que ceux qui n’entrent pas en contact avec leur propre voix par le chant. Le chant, comme la parole, s’apprend en imitant les adultes.

Le «simple chant» a-t-il aussi un intérêt chez les personnes âgées?
Le chant est bon pour la santé et rend heureux à tout âge. On a aussi constaté un phénomène surprenant: après un moment de chant en groupe, les personnes atteintes de démence peuvent être étonnamment lucides et il arrive qu’elles reconnaissent de nouveau leurs enfants alors qu’elles ne les reconnaissaient plus.

Que répondez-vous aux gens qui vous disent: «Mais je ne sais pas chanter!»?
Tout le monde sait chanter spontanément. Et tout le monde peut, avec des mélodies simples ou des suites de sons, en dehors de toute idée de performance ou d’exigences artistiques, se faire du bien en chantant, ou lutter contre la tristesse, le stress et les sentiments négatifs. Dans l’agitation de notre époque, le chant simple et spontané s’est largement perdu ou a été oublié.

Le chant choral pourrait compenser ce manque et serait donc recommandé?
Le chant choral a bien sûr les effets positifs évoqués plus haut sur la santé. Mais seulement dans la mesure où ils ne sont pas amoindris, voire réduits à néant, par le stress de la performance.

Comment quelqu’un qui ne chante même pas sous la douche ou laissé «sans voix» après un évènement difficile peut-il trouver le chemin du chant?
Tous ceux qui en ont envie peuvent immédiatement se lancer et ressentir les effets du simple chant. Il s’agit alors de «s’écouter» au sens propre du terme, sans jugement et avec bienveillance. Généralement, ça devient vite captivant. On obtient déjà un effet avec quelques sons simples que l’on fait résonner lentement sur une respiration profonde avec les voyelles A-E-I-O-U. Lorsqu’on prête attention aux vibrations du corps, ça s’apparente à une forme de méditation sonore. Après vingt minutes seulement, on en ressent déjà les effets positifs – ça vaut bien la peine d’essayer! En veillant juste à ne pas être dérangé et à ne déranger personne.

Vous donnez l’impression de prêter une grande valeur thérapeutique mais aussi sociologique à ce que vous appelez le «simple chant». C’est le cas?
En effet. Le célèbre violoniste Yehudi Menuhin était le parrain du réseau que j’ai créé sous le nom de «Il canto del mondo», un mouvement international pour la promotion de la culture quotidienne du chant. Il disait que le chant est «la vraie langue maternelle de l’être humain». Ceux qui réussissent à développer leur simple chant vivent généralement plus heureux, plus satisfaits et en meilleure santé.

La satisfaction est-elle un principe existentiel important?
La satisfaction est un sujet de la plus haute importance et des plus actuels, car l’insatisfaction conduit à compenser par une consommation toujours plus importante et souvent futile. Un engrenage qui exige des ressources à une époque où, partout dans le monde, il s’agit de vivre et d’être heureux avec moins de ressources. Une société dans laquelle les gens chantent le plus souvent possible au quotidien jouit d’une bien meilleure qualité de vie.

Une bien meilleure qualité de vie, sans porter atteinte à l’environnement?
Chanter, c’est se faire du bien sans consommer la moindre ressource. Dans ce domaine, et dans d’autres dimensions visant à orienter sa vie sans ou avec peu de ressources, il nous reste encore beaucoup à découvrir. Une vision optimiste de notre avenir passe par la découverte et l’épanouissement de notre rapport à notre propre voix. Au fond, cette démarche s’intègre dans la réalisation du droit humain à la culture et à l’éducation.

Plus d’informations
www.heilsames-singen.de
www.il-canto-del-mondo.de

* Le Dr Karl Adamek est détenteur de la croix de l’ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne, travaille comme auteur indépendant, auteur compositeur interprète et est responsable des cours.