rotate background

Contusions

Comment soulager les contusions?

À vos marques, prêts, partez! Dans le sport, les contusions sont monnaie courante. Intéressons-nous de plus près à cette blessure extrêmement classique. Des premiers gestes à poser au retour à la normale, quand la mobilité est parfaitement retrouvée.

Rebecca Buchmann, pharmacienne

Un tour en vélo à la campagne, un match de foot entre amis ou une belle randonnée dans les Alpes… Bouger est bon pour la santé et le moral. Le revers de la médaille, c’est le risque de blessure. Faux pas, choc ou chute – une contusion est vite arrivée. Mais ne vous laissez pas décourager: avec un traitement adéquat, vous serez de nouveau rapidement sur pied.

Qu’est-ce qu’une contusion?
Les contusions font partie des blessures contuses dans lesquelles la surface de la peau reste intacte mais où les tissus plus profonds et les vaisseaux sont lésés.
Les contusions sont particulièrement fréquentes dans la pratique sportive, surtout dans les sports d’équipe avec beaucoup de contacts corporels. Une minute d’inattention et c’est la chute. Sous l’effet de l’impact, les tissus sont meurtris. Les vaisseaux sont également lésés et du sang et de la lymphe se répandent dans les tissus environnants. D’où un gonflement de la zone touchée et l’apparition ultérieure d’un hématome. Une contusion se caractérise aussi typiquement par des douleurs et une restriction de mobilité. À savoir: une contusion peut toucher les muscles, mais aussi les os et les articulations.

Les bons réflexes
Il est essentiel d’agir rapidement pour donner les premiers soins. En cas de contusion légère, vous pouvez sans problème vous en occuper vous-même. Appliquez la méthode RICE (voir encadré). Ces quatre étapes simples permettent de limiter les dommages aux tissus et d’accélérer le processus de guérison.

Le traitement
Une fois le premier choc passé, il convient de se ménager car le mouvement stimule la circulation et aggrave dès lors l’œdème et la douleur. D’où toute l’importance de continuer à refroidir la blessure, même après les premiers soins. Par exemple à l’aide de compresses froides, d’enveloppements au séré ou de gels froids à base de menthol, de camphre et d’acétate d’aluminium.
On n’oubliera pas de traiter la douleur de manière appropriée. Les gels au diclofénac, à l’action analgésique et anti-inflammatoire, sont particulièrement efficaces. Pour ceux qui préfèrent les solutions naturelles, les gels à l’arnica et à la consoude offrent une efficacité comparable. En cas de douleurs intenses, on envisagera la prise d’antidouleurs en comprimés. Même si un traitement oral est plus lourd pour l’organisme et comporte plus de risques d’effets indésirables, il est alors conseillé. Les médicaments à base d’ibuprofène ou de diclofénac sont ici le traitement de référence.

En cas de doute, direction le médecin
Il y a contusions et contusions. Même si elles sont généralement anodines et traitables à la maison, elles ne doivent pas être prises à la légère. La règle d’or: en l’absence d’amélioration dans les trois jours, il faut consulter. De même, en cas de forte restriction de la mobilité, de gonflement et d’hématome étendus, de suspicion de lésions internes, de plaie ouverte étendue et de blessure à la tête ou dans la région génitale, un avis médical s’impose. De plus, la prudence est de rigueur chez les nourrissons, les personnes âgées et celles qui prennent des anticoagulants.

Quand reprendre l’activité?
C’est toute la question. La réponse dépend de l’étendue de la contusion et peut être l’affaire de quelques jours ou de quelques semaines avant de pouvoir solliciter de nouveau raisonnablement la région blessée. D’une manière générale, tout ce qui peut se faire sans douleur est permis. En conséquence, ne faites rien qui vous ferait mal. Quand vous n’avez plus du tout mal, vous pouvez reprendre progressivement l’effort et l’augmenter petit à petit. Écoutez votre corps, il vous en remerciera.

Connaissez-vous la méthode RICE à appliquer en cas de blessure?
R comme Rest (repos): cessez immédiatement l’activité en cours. Mettez la région du corps touchée au repos et cessez de la solliciter.
I comme Ice (glace): le froid lutte contre l’œdème et réduit la douleur et les processus inflammatoires. Pour refroidir la zone touchée, utilisez un cold pack, un spray refroidissant ou des glaçons. Attention toutefois: ne placez jamais des objets glacés directement sur la peau, entourez-les toujours d’un linge. Répétez l’opération plusieurs fois, pendant 15 minutes chaque fois, au cours des premières 24 heures.
C comme Compression: la pression exercée de l’extérieur limite le gonflement. Une bande élastique légèrement tendue suffit pour exercer cette pression.
E comme Elevation (surélévation): le fait de surélever la région touchée facilite la circulation sanguine et limite le gonflement.