rotate background

Cosmétiques naturels

L’éthique, c’est tendance

Les gammes de cosmétiques naturels ont le vent en poupe. Mais qu’ont-ils vraiment de mieux que les produits classiques? Comme chacun sait, entre le noir et le blanc, il y a tout un arc-en-ciel de couleurs et de nuances, y compris en matière de cosmétiques.

Tanja Bärtschiger, assistante en pharmacie

S’y retrouver dans la jungle des produits cosmétiques est une vraie performance. Un nombre incalculable de produits dans leur superbe emballage nous en jettent plein la vue sur des kilomètres de rayons et il faut bien admettre qu’il n’est pas si facile de trouver une gamme de cosmétiques non seulement prometteuse et abordable, mais aussi adaptée à tous points de vue à vos besoins et à votre peau. Avant de faire votre choix, n’hésitez donc pas à demander conseil dans votre pharmacie. Quels sont les besoins de votre peau et quels autres critères un produit devrait-il remplir en dehors de son prix et de son efficacité?

Des cosmétiques éthiques
Avant, les amoureux de la nature devaient souvent fabriquer eux-mêmes leurs cosmétiques ou demander à un pharmacien accommodant de le faire. Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir suffisamment de fabricants pour pouvoir répondre à presque tous les besoins des clients. Si les industriels de la grande distribution se soucient avant tout de la facilité de traitement et de la disponibilité des matières premières, de la rentabilité et de l’efficacité, les fabricants de cosmétiques naturels ont su exploiter un créneau porteur: avec une bonne dose d’esprit d’innovation, ils ont su faire de l’éthique et de la durabilité une nouvelle tendance et redorer l’image autrefois pas toujours très flatteuse des produits naturels. Les cosmétiques naturels sont donc désormais dans l’air du temps, qui a longtemps tardé à s’intéresser à la protection du climat et de l’environnement et à la préservation des ressources.

Les labels
Le concept de «cosmétique naturel» n’est pas défini en droit, ni protégé, et il est donc difficile pour les profanes de savoir si un produit est vraiment exempt de substances chimiques et polluantes. Pour épargner aux clients d’étudier à la loupe la liste des ingrédients, différents labels de qualité garantissent que le respect des directives correspondantes a été contrôlé et que la gamme de cosmétiques en question s’y conforme (p. ex. BDIH, NaTrue, etc.). Le critère le plus important en matière de certification des cosmétiques naturels est que leur composition soit d’origine naturelle, non transformée (idéalement de qualité bio) et le plus exempte possible de substances chimiques et polluantes. De nombreux fabricants s’engagent en outre contre les essais sur les animaux, pour des emballages produits de manière durable, recyclés ou biodégradables et pour des sites de production et des processus internes durables et respectueux de l’environnement.

Le tout aussi végan
Soyons clairs: végan ne veut pas dire «bio». On le sait peu mais tout ingrédient de synthèse est automatiquement végan. Végan n’est en effet pas synonyme de «naturel» ni de «bio» mais signifie simplement «sans ingrédients d’origine animale». Dans cette mesure, un produit cosmétique végan n’est pas forcément un produit naturel et un produit cosmétique naturel n’est pas nécessairement végan. La cire d’abeille, par exemple, est souvent utilisée dans les cosmétiques naturels pour améliorer la consistance même si, compte tenu de leur température de fusion, le beurre de cacao et l’huile de coco peuvent remplir le même but. Si vous voulez des produits naturels et végans, tournez-vous vers les labels correspondants (p. ex. NC vegan ou le tournesol de la Vegan Society).

Autorisés mais mal vus
Il existe une foule d’ingrédients autorisés en cosmétique (et couramment présents dans les cosmétiques conventionnels) mais qui n’ont pas toujours bonne réputation. Les dérivés du pétrole comme la paraffine et les huiles minérales en général, qui donnent une texture agréable mais dont l’innocuité est souvent controversée, ont aussi peu leur place dans des cosmétiques naturels que la silicone (souvent déclarée sous l’appellation «diméthicone») utilisée comme combleur de rides ou dans les soins capillaires. Les traitements radioactifs pour stériliser, les conservateurs chimiques, les ingrédients génétiquement modifiés et le fameux laurylsulfate de sodium des shampoings et gels douches sont proscrits dans les cosmétiques naturels et remplacés par des substances lavantes plus douces et meilleures pour l’environnement.

Cosmétiques naturels ou dermocosmétiques?
Vous l’avez compris, les cosmétiques naturels ont de nombreux avantages mais, aussi prometteurs soient-ils, ils en sont encore pour ainsi dire à leurs balbutiements. L’expérimentation de recettes bien tolérées, agréables à utiliser et visiblement efficaces n’est pas toujours au-dessus de tout soupçon. Des formules qui ne posent aucun souci sur une peau normale peuvent vite devenir problématiques sur une peau sensible, sèche et stressée: les huiles essentielles peuvent provoquer des irritations et des allergies, les produits trop gras font briller la peau et entraînent des impuretés. Si votre peau a des besoins spécifiques, les dermatologues recommandent toujours de se tourner vers les dermocosmétiques. Ces produits se différencient des cosmétiques ordinaires et des cosmétiques naturels par le fait qu’ils ont été mis au point à des fins médicales, notamment pour le traitement des peaux sensibles et malades. De plus, leurs effets positifs durables sont étayés par des études cliniques. La cosmétique est et reste une affaire très personnelle – car vous êtes unique.