rotate background

Allergie au venin d’insecte

Venin d’insecte: un danger pour les allergiques

Abeilles et guêpes seront de sortie jusqu’à l’automne. Pour les personnes allergiques au venin d’insecte, une simple piqûre peut être fatale. Il est indispensable de connaître les bons réflexes et les médicaments d’urgence. aha! Centre d’Allergie Suisse fait le point.

Bettina Jacob, aha! Centre d’Allergie Suisse

L’été, pieds nus au bord de la piscine en plein air, la fraîcheur de l’eau vous attire irrésistiblement. Mais en vous dépêchant de rejoindre le bord du bassin, une douleur cuisante vous saisit soudain. Nous savons tous à quel point une piqûre d’abeille ou de guêpes peut être douloureuse. Le venin de l’insecte provoque une réaction locale, ce qui ne veut pas dire que vous y êtes allergique: un œdème qui peut faire jusqu’à 10 centimètres est une réaction courante. La peau peut être rouge et enflammée et démanger intensément mais cette réaction locale disparaîtra dans les heures ou les jours qui suivent. «Si l’œdème est plus important et dure plus de 24 heures, on parle de réaction locale sévère. Mais une telle réaction n’est normalement pas dangereuse non plus», explique Sereina de Zordo, Responsable services spécialisés chez aha! Centre d’Allergie Suisse. La réaction allergique au venin d’insecte est différente. Dans les minutes à l’heure qui suit une piqûre, les symptômes suivants se manifestent: démangeaisons sur tout le corps, urticaire, vertiges, vomissements, voire difficultés respiratoires et accélération des battements du cœur. «Cette réaction – appelée choc anaphylactique – peut entraîner une chute de la tension artérielle, une perte de connaissance, un arrêt respiratoire, voire un collapsus cardiovasculaire, et peut donc être fatale», ajoute l’experte.

Bien réagir en cas d’urgence
Pour les allergiques, il s’agit donc de réagir vraiment immédiatement: «Il faut tout de suite enlever le dard (s’il s’agit d’une piqûre d’abeille) et que la personne allergique prenne les médicaments prescrits par le médecin tels qu’un antihistaminique ou de la cortisone et, éventuellement, se fasse une piqûre d’adrénaline», précise-t-elle. «Il faut aussi appeler immédiatement les services d’urgence au numéro 144.» Les allergies au venin d’insecte touchent 3,5 % de la population suisse.

Du venin au choc
Que se passe-t-il dans l’organisme pour que la piqûre d’un insecte aussi petit puisse aller jusqu’au collapsus cardiovasculaire et même jusqu’au décès? «L’anaphylaxie est une réaction allergique grave», affirme Sereina de Zordo. En cas d’allergie, le système immunitaire produit des anticorps – appelés immunoglobulines E ou IgE – contre les protéines d’une substance donnée, dans ce cas précis les protéines du venin d’insecte. Les IgE circulent dans l’organisme et s’accrochent aux mastocytes présents dans les tissus humains. Les mastocytes éclatent et libèrent alors des messagers comme l’histamine, une substance qui élargit le diamètre des vaisseaux et les rend plus perméables. D’où les symptômes caractéristiques de l’allergie: démangeaisons, envie d’éternuer, nez qui coule, yeux qui brûlent et démangent, réactions cutanées – ou même chutes de tension, collapsus, perte de connaissance et choc.
Le venin d’insecte est souvent à l’origine d’une situation d’urgence allergique mais d’autres substances peuvent aussi entraîner un choc anaphylactique, notamment certains médicaments ou aliments comme les arachides, les noix, le poisson, les œufs et le lait.

Personne n’est à l’abri
Les abeilles ne sont généralement pas agressives, elles sont dehors pour récolter du pollen et boire le nectar des fleurs. Quand une abeille pique, son dard reste le plus souvent dans la peau et l’insecte meurt. Les guêpes en revanche peuvent piquer plusieurs fois. Elles sont attirées par les grillades, les glaces et d’autres aliments et boissons. C’est souvent au plus fort de l’été qu’elles croisent notre route. Les frelons sont moins agressifs que les guêpes et les piqûres de bourdon sont plutôt rares. «Une allergie au venin d’abeilles ou de guêpe peut néanmoins se développer à tout moment», ajoute la spécialiste des allergies. Le risque est plus élevé quand on se fait piquer plusieurs fois de manière rapprochée.

Des analyses approfondies
L’allergie au venin d’insecte doit être établie par un(e) allergologue à l’aide de tests cutanés et d’une analyse sanguine. «Ces investigations doivent être réalisées au plus tôt trois à quatre semaines après la réaction allergique», souligne Sereina de Zordo. Si le diagnostic est confirmé, il est essentiel (et même vital) que la personne allergique sache comment réagir en cas de piqûre. Et elle doit toujours avoir sur elle les médicaments d’urgence nécessaires pour pouvoir se traiter en toutes circonstances: antihistaminique, cortisone, piqûre d’adrénaline.
aha! Centre d’Allergie Suisse propose des formations sur leur bonne utilisation», ajoute-t-elle. Les études montrent que les stylos auto-injecteurs d’adrénaline sont beaucoup trop rarement utilisés en cas de choc anaphylactique. «Il est absolument nécessaire que les personnes touchées et leur entourage (proches, personnel d’encadrement) apprennent à se servir de ces dispositifs», insiste Sereina de Zordo. Les cours d’aha! Centre d’Allergie Suisse rencontrent un vif succès. «Les participants se sentent ensuite plus à l’aise pour manier un stylo auto-injecteur. Un geste qui peut sauver des vies.»
Il est aussi possible de se débarrasser complètement d’une allergie au venin d’insecte grâce à une immunothérapie spécifique qui habitue lentement l’organisme à l’allergène. Selon Sereina de Zordo, «elle offre une protection totale chez plus de 95 % des allergiques au venin de guêpe et environ 85 % des allergiques au venin d’abeille. Le traitement mené par l’allergologue s’étend sur trois à cinq ans.»

Pour éviter de se faire piquer
L’idéal reste bien sûr d’éviter les piqûres. Les personnes non allergiques seront donc aussi bien inspirées de suivre les conseils suivants:évitez les mouvements brusques à proximité d’une guêpe ou d’une abeille. Ne marchez pas sur les pelouses pieds nus. Soyez vigilant(e) quand vous faites des travaux ou un sport qui fait transpirer en plein air; portez des manches longues et des pantalons, des gants et un chapeau pour jardiner. Important: ne buvez pas directement bière et boissons sucrées à la bouteille ou à la canette et, enfin, renoncez aux parfums, laques à cheveux et crèmes pour le corps ou solaires parfumées.

Allergique et piqué(e) par un insecte – comment réagir?
Les personnes qui présentent une allergie au venin d’insecte doivent toujours avoir sur elles un kit d’urgence prescrit par le médecin.
1. Immédiatement après la piqûre: s’il s’agit d’une piqûre d’abeille, retirez précautionneusement le dard en le poussant sur le côté avec l’ongle sans presser la poche de venin. Les guêpes ne perdent généralement pas leur dard. Administrez les médicaments d’urgence tels que l’antihistaminique, la cortisone et, éventuellement, la piqûre d’adrénaline, avant même que les premiers symptômes de la réaction allergique apparaissent.
2. Appelez ensuite les services d’urgence: en Suisse au numéro 144, en Europe en composant le 112.
3. Si vous n’avez pas de kit d’urgence: s’il s’agit d’une piqûre d’abeille, retirez immédiatement le dard et, dans tous les cas, essayez de rester calme. En cas de symptômes sévères, adoptez une position confortable et prévenez immédiatement les services d’urgence (144).
4. Si la personne a perdu connaissance et ne respire plus: entamez les gestes de réanimation.

Gestes de réanimation en cas de perte de connaissance et d’arrêt respiratoire (chez l’adolescent et l’adulte)
1. Allongez la personne touchée bien à plat sur une surface dure.
2. Agenouillez-vous à ses côtés.
3. Placez l’éminence de la paume de l’une de vos mains au centre de la poitrine de la personne touchée, posez l’autre main sur la première et croisez les doigts des deux mains.
4. Les bras tendus, appuyez sur la cage thoracique fermement et rapidement puis relâchez complètement (dépression de 5 à 6 cm). Ne décollez pas les deux paumes. 100 à 120 compressions par minute – jusqu’à l’arrivée des secours.
5. Si vous avez un défibrillateur (DAE) à disposition, utilisez-le conformément aux instructions. Pour les secouristes expérimentés, il est recommandé de procéder au massage cardiaque et au bouche-à-bouche (en alternant 30 compressions et 2 respirations).
Plus d’informations sur les gestes qui sauvent et la procédure à suivre chez les enfants et les nourrissons, avec l’appli Premiers secours de la Croix-Rouge suisse.

aha! Centre d’Allergie Suisse vous aide
«Formations à l’anaphylaxie» pour les personnes concernées et «Ateliers anaphylaxie» pour les enseignants. Plus d’infos sur: www.aha.ch