rotate background

Restez en mouvement!

Des articulations en bonne santé

Suffit-il de les ménager et d’éviter les sports avec à-coups? Le rhumatologue Dr Christoph Reich-Rutz tord le cou aux idées reçues et nous dit ce que nous pouvons faire pour garder des articulations en bonne santé.

Annegret Czernotta

Économiser ses articulations est-il toujours ce qu’on peut faire de mieux? Peut-on éviter l’arthrose en les ménageant?
Dr méd. Christoph Reich-Rutz*:
il faut retenir une chose: nos articulations doivent servir pour rester en bonne santé. Toute sollicitation judicieuse les rend plus résistantes et améliore la fonction articulaire. Car des articulations qui ne bougent pas suffisamment manquent de liquide synovial, pourtant indispensable pour alimenter les cellules cartilagineuses en nutriments. La non-sollicitation de l’articulation nuit donc autant à la fonction articulaire qu’une sollicitation inappropriée, excessive ou déséquilibrée. Notre objectif doit être d’utiliser régulièrement nos articulations, à la juste dose. Si des douleurs articulaires surviennent pendant l’effort ou le lendemain, par exemple, mieux vaut rester tranquille. Si cela arrive une fois en passant, cela n’aura sans doute pas de conséquences, mais une sollicitation excessive répétée use les articulations. À chacun de se demander s’il est bien préparé à l’effort.

Et si l’on souffre d’arthrose, quel type de sport peut-on pratiquer?
L’important, c’est de pratiquer un sport que l’on aime. Rien ne sert de recommander un type de sport qui ne dit absolument rien à la personne concernée, juste parce qu’il est «bon pour les articulations». Mais si vous avez 50 ans et que vous souffrez déjà de douleurs au genou, ce n’est peut-être pas une bonne idée de vous mettre au tennis. Il importe aussi d’écouter son corps pour adapter la durée et la fréquence des séances de sport. Par ailleurs, il faut maîtriser la technique du sport choisi, c’est pourquoi je recommande de faire appel à un coach qui pourra vous initier si vous optez pour une nouvelle discipline.
On entend encore souvent des mises en garde contre les «méchants» chocs articulaires des sports de contact ou la recommandation de ne pas faire de la course à pied mais du vélo en cas de douleurs articulaires ou d’arthrose. Pour moi, ces recommandations sont dépassées. Prenons le cas d’un joggeur qui ne ferait plus que du vélo en raison de douleurs au genou. Si cette personne est amenée à devoir courir, par exemple pour attraper son train, son genou ne sera pas préparé et sera sursollicité, car il n’est plus entraîné à la course. Les articulations ont besoin de mouvement! On voit aussi beaucoup de randonneurs qui utilisent en permanence leurs deux bâtons de marche. Ils désapprennent ainsi à garder l’équilibre et déchargent inutilement leurs articulations. D’un point de vue articulaire, mieux vaudrait utiliser les bâtons de marche lorsqu’on descend une pente escarpée, mais pas quand elle est plus douce.

Quels sont les facteurs qui favorisent l’arthrose et pourquoi certains y sont-ils plus sujets que d’autres?
C’est en grande partie une question de prédisposition génétique. Notre propension à souffrir d’arthrose est environ à 50 % héréditaire. Les 50 % restants sont liés aux accidents et aux blessures qui touchent les surfaces articulaires et peuvent occasionner de l’arthrose. Souvent, nous avons oublié ces traumatismes articulaires survenus pendant l’enfance, mais un genou blessé antérieurement sera douloureux et touché par l’arthrose tandis que l’autre pas. Les personnes qui ont les jambes arquées ou en X ont plus de risques de faire de l’arthrose. Enfin, les personnes en surpoids ou sollicitant leurs articulations à l’extrême sont également plus touchées. Mais nous devons aussi accepter que l’arthrose fait simplement partie du processus normal de vieillissement.

Existe-t-il des signaux précoces susceptibles de nous alerter qu’une arthrose se développe?
Malheureusement pas. Lorsque des symptômes comme des douleurs matinales de mise en route se font sentir, l’usure articulaire est souvent déjà installée.

Quel rôle joue l’alimentation?
L’alimentation peut influer sur les douleurs inflammatoires de l’arthrose. L’arthrose elle-même n’est pas douloureuse, à moins que les articulations ne soient très usées. Ce qui fait mal, ce sont les processus inflammatoires qui peuvent l’accompagner en cas de sollicitation défavorable et être influencés par l’alimentation. Les poissons de mer et l’huile d’olive et de colza sont riches en acides gras oméga 3, qui ont des propriétés anti-inflammatoires et sont donc intéressants pour nos articulations.

Quel rôle joue l’équilibre acido-basique dans l’apparition de l’arthrose?
Un excès d’acidité dans l’organisme peut aggraver l’arthrose. Une alimentation très carnée, en particulier, peut entraîner une hyperacidification et entretenir les réactions inflammatoires. D’où l’intérêt de consommer plus de protéines végétales et de réduire la consommation de viande à deux ou trois fois par semaine. Si l’on privilégie les fruits et les légumes, inutile de recourir aux préparations basiques en poudre. Mais l’alimentation n’est toujours qu’un seul aspect. À chacun de tester son influence sur ses articulations.

Quand est-il judicieux de penser à la pose d’une prothèse?
Il faut pouvoir continuer à bouger, sinon nous perdons en force musculaire, nos articulations deviennent moins résistantes et notre système cardiovasculaire est sous-entraîné. Une prothèse se justifie quand, malgré la physiothérapie, les médicaments et une sollicitation optimale, le mouvement est limité au quotidien.

Quels avantages voyez-vous à être à la fois rhumatologue et médecin du sport?
Je pense être ainsi davantage sensibilisé à l’importance du sport et du mouvement.

Qu’est-ce que l’arthrose au juste?
Les articulations relient les os entre eux. Du côté de la cavité articulaire, ceux-ci sont recouverts d’une fine couche de cartilage. Dans une articulation en bonne santé, le cartilage présente une surface lisse et bien lubrifiée. En cas d’arthrose, le cartilage est abîmé, usé jusqu’à sa destruction complète – les os frottent alors l’un contre l’autre.
Toutes les articulations du squelette humain peuvent être concernées par l’arthrose mais les plus touchées sont celles du genou, de la hanche et des doigts.
Source: www.rheuma.ch

*Dr méd Christoph Reich-Rutz, rhumatologue et médecin du sport exerçant à Zurich.