rotate background

Mythes sur les cheveux

Des cheveux plus forts, plus épais et plus beaux

Nombre de nos lectrices – et lecteurs – trouveront ce titre très séduisant. Soit, mais tient-il ses promesses? Peut-on effectivement dynamiser et épaissir sa chevelure avec l’aide de son pharmacien et de son médecin?

Isabelle Hulmann, pharmacienne

Dans l’un de ses nombreux ouvrages scientifiques, le dermatologue suisse de renommée internationale Ralph Trüeb réfute plusieurs mythes entourant la question de la chute des cheveux et de la détérioration de leur structure. Voyons ensemble ce qu’il en est vraiment!

Mythe n° 1: «Rien ne peut stopper ou traiter la chute des cheveux.»
La persistance de cette conviction est vraisemblablement due aux innombrables produits «miracles» proposés depuis la nuit des temps par des personnes plus ou moins sérieuses. De nos jours, les progrès de la médecine et la technique de transplantation capillaire offrent pourtant des solutions réellement efficaces. Certes, aucun médicament n’est une panacée. Chacun d’entre eux est indiqué pour un certain type de patients. Les hommes sujets à la chute de cheveux prématurée, par exemple, peuvent recourir au principe actif finastéride sous forme de comprimés. Ce remède, en revanche, n’est d’aucune utilité pour les femmes car son action cible principalement le système endocrinien masculin. Les personnes qui préfèrent éviter les comprimés peuvent opter pour une solution à base de minoxidil appliquée à même le cuir chevelu. Pour trouver le produit adapté à ses besoins, il vaut la peine d’aborder le problème dans sa pharmacie habituelle, puis, le cas échéant, d’en discuter avec son médecin. Les spécialistes chercheront l’origine du problème capillaire, par exemple le post-partum ou la ménopause chez la femme, ou encore la prise de certains médicaments. Pour éviter déboires et désillusions, rappelons toutefois deux vérités incontournables. Vérité n°1: une fois que le follicule pileux (=racine du cheveu) est mort, il s’enfonce dans le derme et laisse derrière lui une peau lisse et dénudée; seule la transplantation capillaire pourra alors être utile. Vérité n° 2: sous l’effet du vieillissement, de nombreux processus de renouvellement cellulaire sont ralentis; c’est le cas de la repousse des cheveux. Chez les personnes d’un certain âge, tous les efforts déployés pour maintenir, soigner et renouveler la chevelure deviennent de plus en plus précaires.

Mythe n° 2: «Les compléments nutritionnels n’exercent aucun effet significatif sur la repousse des cheveux.»
Certes, la densité des cheveux est largement déterminée par nos gènes, mais il serait erroné de négliger les facteurs externes comme l’alimentation, le rayonnement UV ou les habitudes en matière de soins et de coiffure. Sur le plan de l’alimentation, l’importance majeure de certains nutriments, vitamines et sels minéraux pour la chevelure a été scientifiquement prouvée. Les substances en question jouent un rôle dans l’approvisionnement du cuir chevelu en sang et en oxygène, sont indispensables à la division et à la différenciation cellulaires et revêtent une importance particulière pour la formation de la kératine (protéine qui constitue le cheveu). Leur liste est longue. Elle se compose principalement de la biotine, du fer, du zinc et des acides aminés glutamine et cystéine. Bien que les états de carence soient rares sous nos latitudes, il vaut la peine de s’assurer que l’organisme dispose de toutes les substances nécessaires à une bonne repousse et à la vitalité de la chevelure. Plusieurs produits contenant spécifiquement ces substances sont en vente en pharmacie.

Mythe n° 3: «Les lavages fréquents, l’utilisation du sèche-cheveu, les teintures et les produits de styling provoquent la chute des cheveux.»
Certaines substances et méthodes peuvent en effet irriter le cuir chevelu, mais elles ne sont pas directement à l’origine de la chute des cheveux. En revanche, les agents agressifs des teintures ou une température trop élevée lors du lavage et du séchage peuvent avoir un impact sur la structure du cheveu, l’intégrité de sa gaine et son aspect. S’ils sont cassants, fourchus ou ternes, les cheveux ont surtout besoin de «repos», de soins doux et de traitements bienfaisants. Une nouvelle fois, votre pharmacie pourra vous proposer les produits appropriés. Pour terminer, rappelons que les aspects psychologiques sont déterminants dans la façon de traverser une phase de cheveux ternes ou moins volumineux. Consulter un spécialiste permet dans bien des cas de relativiser la situation et de profiter de ses conseils d’expert pour retrouver une chevelure vigoureuse et saine.

L’importance du diagnostic
Les traitements par voie orale et topique ainsi que la prise de compléments nutritionnels nécessitent au préalable l’établissement d’un diagnostic minutieux de la chute des cheveux. Patience et assiduité feront le reste! L’efficacité de ces médicaments ne peut être évaluée qu’à l’issue de plusieurs mois de traitement.