rotate background

Chute des cheveux

Chute des cheveux liée à l’âge – un problème d’homme?

L’alopécie héréditaire est un signe de vieillissement bien connu chez l’homme. Pourtant, ce ne sont pas les seuls concernés: cette prédisposition génétique est aussi la cause la plus fréquente de raréfaction des cheveux chez la femme.

Catharina Bühlmann, pharmacienne

Les cheveux commencent par reculer de chaque côté du front pour laisser les fameuses «tempes dégarnies», puis ils sont de plus en plus clairsemés à l’arrière du crâne. Peu d’hommes échappent à cette chute de cheveux héréditaire, également appelée alopécie androgénétique par les spécialistes. La chute des cheveux est due à une hypersensibilité génétique des follicules pileux aux hormones sexuelles masculines, les androgènes. Principal suspect: la dihydrotestostérone (DHT), une hormone produite à partir de la testostérone sous l’action d’une enzyme. Un problème exclusivement masculin vous dites-vous donc? Eh non, car les androgènes sont présents chez les deux sexes. Outre près de 80 % des hommes, 20 à 30 % des femmes sont donc également touchées par cette forme de chute des cheveux.

Quand les hormones perturbent la croissance des cheveux
Perdre jusqu’à cent cheveux par jour n’a rien d’anormal. Car, grâce à un cycle de croissance qui se répète perpétuellement, nos cheveux se renouvellent régulièrement d’eux-mêmes. Un processus qui prend généralement sept ans environ, et peut être divisé en trois temps:
– Pendant la phase de croissance, le cheveu pousse d’environ un millimètre en trois jours. Cette phase dure plusieurs années; c’est la plus longue.
– Dans la phase de transition consécutive de deux à trois semaines, le cheveu a atteint sa longueur maximale et la croissance s’arrête.
– La phase de repos de deux à trois mois vient clore le cycle: un nouveau cheveu commence à pousser, le vieux tombe.
Quand la racine des cheveux est sensible à la DHT, les vaisseaux qui irriguent le follicule pileux, importants pour approvisionner le cheveu en nutriments, s’atrophient peu à peu et la phase de croissance se raccourcit. Conséquence: les cheveux se raréfient, les follicules pileux s’étiolent et on observe une chute des cheveux irréversible.

Des tempes dégarnies à la calvitie
Chez l’homme, l’alopécie androgénétique peut apparaître dès les premières variations hormonales, autrement dit, à la puberté. La vitesse et l’étendue de la perte des cheveux varient toutefois d’une personne à l’autre. Typiquement, chez l’homme, l’alopécie héréditaire touche d’abord les tempes. Puis, les cheveux du sommet et de l’arrière du crâne deviennent de plus en plus clairsemés, conduisant à la calvitie et à la «tonsure de moine» laissant juste une couronne de cheveux à l’arrière de la tête. Cette présentation caractéristique vient du fait que les hommes ont plus de récepteurs des androgènes, sortes de points d’arrimage des hormones sexuelles masculines, à l’avant qu’à l’arrière de la tête.

Une raie plus clairsemée chez la femme
Contrairement à ce qui se passe chez l’homme, l’alopécie héréditaire ne conduit pas à la perte totale des cheveux chez la femme. Ils tendent plutôt à se raréfier insidieusement au niveau de la raie centrale, laissant alors apparaître le cuir chevelu. L’alopécie androgénétique apparaît généralement vers trente ans chez la femme, rarement plus tôt. Mais souvent, les premiers signes ne se manifestent qu’après la ménopause, notamment à cause de la baisse des concentrations d’œstrogènes. La chute des cheveux n’est alors pas principalement due à une concentration excessive de testostérone mais au déficit en œstrogènes pour la contrebalancer.

Traitement: au plus tôt au mieux
L’alopécie héréditaire est un processus naturel, pas une maladie. Néanmoins, des cheveux denses et fournis restent associés à la séduction et à la santé et de nombreuses personnes touchées vivent mal cette perte de cheveux. Pour stopper le phénomène, on dispose de différentes préparations.
Le minoxidil: cette substance active, qui a en fait un effet antihypertenseur, s’applique directement sur le cuir chevelu. Le minoxidil peut être utilisé par les hommes comme par les femmes, mais à des posologies différentes. Le traitement demande patience et persévérance: l’effet recherché apparaît seulement après quelques mois et, dès qu’il est arrêté, la chute des cheveux reprend.
Le finastéride: ce médicament en comprimés est autorisé sur prescription médicale pour le traitement de l’alopécie androgénétique chez l’homme. Il inhibe la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone. La dose recommandée d’un comprimé une fois par jour peut toutefois entraîner des effets indésirables désagréables comme une baisse de la libido ou une impuissance. Le finastéride est contre-indiqué chez la femme.
Si vous remarquez un début d’alopécie et que vous souhaitez la minimiser, mieux vaut agir le plus vite possible, car réactiver des follicules atrophiés s’avère quasi impossible.

Prévenir la chute des cheveux
Des soins attentifs vous permettront de garder vos cheveux le plus longtemps possible:
Ménagez vos cheveux: shampoings incessants, air chaud du sèche-cheveux et colorations fréquentes abîment les cheveux et les rendent plus sensibles aux influences extérieures.
Choisissez des produits de soin de grande qualité: divers ingrédients dessèchent les cheveux et agressent le cuir chevelu mais d’autres peuvent renforcer les racines. Choisissez vos produits de soin en conséquence et offrez de temps à autre à votre crinière un après-shampoing ou un masque.
Améliorez leur irrigation: gâtez votre cuir chevelu en le massant chaque jour du bout de doigts pour stimuler une bonne irrigation et augmenter les apports en nutriments au niveau des follicules.
Apportez-leur les bons nutriments: pour des cheveux en bonne santé, il faut aussi une alimentation équilibrée. Une supplémentation ciblée avec des vitamines du groupe B comme la biotine, de la vitamine C et du zinc renforce la structure du cheveu de l’intérieur. L’extrait de millet doré contient en outre des acides aminés soufrés importants pour la croissance des cheveux.