rotate background

Santé auditive

Ne faites plus la sourde oreille

Les oreilles ont deux fonctions essentielles: l’audition et l’équilibre. Mais comment cheminent les sons de l’oreille au cerveau? Et quelles sont les défaillances possibles? Petit panorama des problèmes d’audition.

Dr Sophie Membrez, pharmacienne

Les bruits, présentés sous la forme d’ondes sonores, font vibrer le tympan et sont transmis par la membrane située à l’entrée de l’oreille interne au liquide contenu dans la cochlée. L’un des rôles de l’oreille est de capter puis de transformer ces vibrations sonores en impulsions nerveuses envoyées au cerveau, afin de permettre la perception des sons. Les oreilles permettent d’entendre des fréquences comprises entre 20 et 20 000 Hertz. Le seuil auditif est l’intensité minimum, mesurée en décibels (dB), entendue par l’oreille. Autre fonction de l’oreille? L’équilibre! En effet, le système vestibulaire, contribuant à la coordination des mouvements de la tête et du corps, est situé dans l’oreille interne. On dit donc des personnes souffrant de vertiges fréquents qu’elles ont des désordres vestibulaires. Les problèmes d’équilibre peuvent également être associés à des bourdonnements ou des pertes auditives.

Le bruit peut littéralement vous casser les oreilles
Champion des nuisances, le bruit peut être délétère pour l’audition, notamment ceux d’origine professionnelle et la musique trop forte. Certains bruits trop importants constituent de véritables traumatismes sonores. Pour donner un ordre d’idée, une conversation banale présente environ 60 dB, les transports en commun peuvent monter jusqu’à 80 dB, la limite du bruit au travail est de 87 dB… et les baladeurs MP3 sont heureusement plafonnés à 100 dB. Ainsi, à force d’écouter la musique trop fort, trop longtemps, des lésions graves peuvent apparaître et, malheureusement, persister à vie. Le terme d’hyperacousie désigne une intolérance ou une hypersensibilité aux bruits, même aux plus ordinaires de la vie quotidienne. Séquelle d’un traumatisme acoustique, donc d’un fort stimulus auditif, elle s’accompagne d’acouphènes dans près de la moitié des cas. Savez-vous de quoi il s’agit?

Les acouphènes, des bruits parasites
Rares sont les personnes qui n’ont jamais éprouvé une sensation de sifflement ou de bourdonnement dans l’oreille. Il s’agit d’acouphènes, symptôme banal et vite oublié lorsqu’il se manifeste de manière transitoire. Mais chez certaines personnes, ces acouphènes sont permanents et peuvent devenir un véritable cauchemar. Il s’agit en fait de bruits «parasites» qu’une personne entend, sans que ceux-ci n’existent réellement. Les acouphènes peuvent être occasionnels, intermittents ou continus. Ils résultent d’un dysfonctionnement du système nerveux auditif. Ce symptôme peut avoir de nombreuses causes. Un acouphène temporaire peut survenir après une exposition à une musique très forte, par exemple. Il se résorbe généralement sans intervention. L’acouphène peut aussi être la séquelle d’un traumatisme auditif ou le symptôme d’une pathologie comme la maladie de Ménière. Connaissez-vous cette dernière?

Le vertige rotatoire
La maladie de Ménière est une atteinte chronique de l’oreille interne provoquant vertiges, bourdonnements et une baisse de l’audition survenant brutalement, sous forme de crises récurrentes. La fréquence des crises est très variable et imprévisible. Au début, une seule oreille est généralement atteinte, mais près de la moitié des personnes présentent des symptômes dans les deux oreilles au bout de quelques années.

Défiance auditive, un problème croissant
Lorsque l’acuité auditive diminue de façon très importante ou disparaît complètement, on parle de surdité. Celle-ci touche environ un suisse sur mille dès la naissance auquel s’ajoute un nombre croissant de malentendants, lié notamment au vieillissement de la population. L’exposition au bruit et le vieillissement, qui s’accompagnent d’une destruction des cellules ciliées de l’oreille interne, sont les deux principales causes de perte auditive. Cependant, certaines maladies peuvent provoquer une dégradation de l’audition. Les otites moyennes par exemple peuvent aussi s’accompagner d’une baisse d’audition temporaire, mais des maladies comme l’otospongiose (la forme de surdité qui a frappé Beethoven) ou le vertige rotatoire décrit plus haut (maladie de Ménière) provoquent également une déficience auditive.

Les jeunes souvent touchés
Les jeunes constitueraient-ils une future génération de sourds? Grands amateurs de casques et autres écouteurs, ils sont nombreux à faire passer leur plaisir à écouter de la musique clairement trop forte avant la santé de leurs oreilles… En effet, la principale cause de baisse d’audition chez l’adolescent est une sonication trop intensive. Les jeunes n’ont pas conscience que certains comportements ont des conséquences irréversibles sur leur santé. Il faut leur apprendre qu’ils ont un capital auditif qu’ils doivent préserver. En effet, chacun possède, à la naissance, environ 15 000 cellules ciliées dans ses oreilles internes. Si elles sont détruites, elles ne sont pas remplacées et l’audition s’altère définitivement.

Conseils pour préserver son audition
Ne pas écouter de la musique à un volume trop élevé et donc limiter la puissance du son, que cela soit avec un casque ou des écouteurs.
Faire des pauses de 10 minutes toutes les 45 minutes lorsque l’on écoute de la musique avec un casque ou des écouteurs.
• Faire également des pauses régulières lorsque l’on pratique une activité bruyante.
Lors des concerts ou en boîte de nuit, se tenir à distance des enceintes et utiliser les bouchons d’oreilles proposés.
• Prendre en compte son état de fatigue car il fragilise les oreilles.

Quand porter des prothèses auditives?
Si vous avez de la peine à suivre des conversations de groupe ou avec des bruits de fond, ou si vous ne parvenez plus à profiter de votre musique préférée avec la même intensité qu’auparavant, il y a une forte probabilité pour que vous soyez atteint(e) d’un déficit auditif. Dans ce cas, des prothèses auditives peuvent vous aider. La prescription par un spécialiste (médecin ORL) pour les appareils auditifs, dans le cadre de l’AVS, ouvre droit à l’assuré(e) au remboursement forfaitaire de 630 CHF pour une aide auditive. Si la perte auditive dépasse un certain seuil (rapport d’un médecin spécialiste obligatoire), l’AI participe aux coûts (840 CHF pour un appareil auditif et 1650 CHF si les deux oreilles sont touchées).