rotate background

Grippe et refroidissement

Rhume ou grippe: des virus différents

Dans l’entretien ci-dessous, le Dr Werner Albrich, privat-docent, médecin-chef à la clinique d’infectiologie et d’hygiène hospitalière de l’hôpital cantonal de Saint-Gall, nous explique que faire en cas de refroidissement ou de grippe chez l’enfant.

Susanna Steimer Miller

Pendant la saison froide, le risque de rhume, de maux de gorge et de toux est à son comble. La plupart des adultes présentent ces symptômes une à deux fois dans la saison. La (vraie) grippe, quant à elle, est beaucoup moins fréquente. Comme faire la différence entre les deux?
Dr Werner Albrich, privat-docent*:
les refroidissements ou «infections d’allure grippale» sont provoqués par divers virus respiratoires. Ces infections sont certes gênantes mais guérissent le plus souvent sans complications. La grippe, en revanche, est exclusivement due aux virus de la grippe (Influenza). La maladie apparaît généralement brutalement et ses symptômes sont nettement plus intenses que ceux du refroidissement. Ils s’accompagnent souvent d’une fièvre élevée et de douleurs dans les membres. Si vos symptômes sont légers, il s’agit généralement d’un refroidissement. Toutefois, même la grippe n’entraîne pas toujours des symptômes graves.

Pourquoi les enfants d’âge préscolaire souffrent-ils si souvent de refroidissements?
En raison du grand nombre de virus respiratoires incriminés. Nous connaissons aujourd’hui largement plus d’une centaine de virus responsables. Les enfants rencontrent constamment de nouveaux virus que leur système immunitaire ne connaît pas encore et ne peuvent donc pas bien se défendre contre bon nombre de ces agents pathogènes. De plus, quand ils sont petits, leur système immunitaire n’est pas encore mature. Les enfants sont souvent en contact étroit les uns avec les autres et les virus ont alors beau jeu de se propager. Cette fréquence plus élevée des refroidissements pendant l’enfance a aussi des causes mécaniques. Les voies respiratoires des enfants sont notamment beaucoup plus étroites. En présence d’une infection responsable d’une inflammation et de la production de mucus, leur diamètre se rétrécit donc beaucoup plus vite. La surface pulmonaire qui permet les échanges gazeux étant également plus réduite chez eux, ils peuvent vite présenter des symptômes inconfortables.

Combien de refroidissements par an sont courants chez l’enfant?
10 à 15 % des enfants en bonne santé présentent 10 à 12 épisodes de refroidissements par an.

Peuvent-ils entraîner des complications à cet âge?
Oui, ils peuvent rarement dégénérer en otite, bronchite, bronchiolite ou pneumonie. Mais on redoute tout particulièrement les surinfections bactériennes comme une pneumonie bactérienne ou un abcès.

Comment soulager au mieux les symptômes des refroidissements chez l’enfant?
Lorsqu’il est touché, l’enfant a besoin de beaucoup de sommeil et de repos. Il est également important qu’il boive beaucoup et mange un peu. S’il est manifestement mal, je recommande de lui administrer un antidouleur à base d’ibuprofène ou de paracétamol. La fièvre n’est toutefois pas dangereuse. Il n’est pas forcément nécessaire de la faire baisser, même si elle est élevée, sauf si elle est source d’inconfort. Les études réalisées chez l’animal ont montré que faire baisser la fièvre à l’aide de médicaments influence négativement le processus de guérison.

Quels médicaments phytothérapeutiques recommandez-vous contre les refroidissements et la grippe?
Le miel – mais pas avant l’âge d’un an –, le sirop de sureau, l’échinacée pourpre (Echinacea purpurea) et le géranium du Cap (Pelargonium sidoides). Certaines préparations phytothérapeutiques aux cinq extraits de plantes (racine de gentiane, primevère, oseille, verveine et sureau) ont une action anti-inflammatoire et mucolytique mais ne peuvent être utilisées qu’à partir de six ans. Tous les extraits de plantes utiles en cas de refroidissement chez l’adulte ne sont pas forcément adaptés aux bébés et aux enfants en bas âge. Les parents doivent donc impérativement respecter les indications d’âge figurant dans la notice. Certaines huiles essentielles, par exemple, peuvent entraîner de sévères difficultés respiratoires chez les enfants en bas âge.

Existe-t-il des mesures préventives utiles chez l’enfant?
Dormir suffisamment, faire une activité physique ou du sport régulièrement et avoir une alimentation saine et équilibrée. En cas de déficit en vitamine D ou en zinc, je recommande une supplémentation. Le géranium du Cap et l’échinacée peuvent s’utiliser en prévention. Au Japon, les gargarismes à l’eau du robinet sont très en vogue mais les rinçages nasaux avec un spray à l’eau de mer réduisent aussi le risque de refroidissements: ils dissolvent les mucosités nasales, qui peuvent ainsi mieux s’écouler.

Vous menez actuellement une étude sur l’efficacité de l’échinacée chez l’adulte. Dispose-t-on aussi d’études ayant évalué son intérêt chez l’enfant?
Oui, la pédiatre Mercedes Ogal, qui exerce à Brunnen, a comparé l’administration d’une préparation standardisée d’échinacée et celle de vitamine C chez 200 enfants de quatre à douze ans. Chez les enfants du groupe échinacée, les épisodes de refroidissement étaient réduits de 33 %, les jours de fièvre de 67 %, les complications de 64 % et le nombre de traitements antibiotiques nécessaires de 73 %.

Certains remèdes contre les refroidissements sont-ils contre-indiqués chez les nourrissons et les jeunes enfants et pourquoi?
L’emploi des sprays nasaux décongestionnants doit se faire avec prudence, car ils peuvent induire des saignements de nez et une somnolence. Par ailleurs, le camphre ne convient pas aux nourrissons ni aux enfants en bas âge. Dans les refroidissements et la grippe, les antibiotiques ne sont en principe d’aucune utilité, puisqu’ils n’agissent pas sur les virus mais seulement sur les bactéries. Ils perturbent en outre la flore intestinale et leur abus augmente le risque de résistances.

En cas de grippe, les enfants doivent-ils recevoir des antiviraux?
Chez un enfant par ailleurs en bonne santé, je ne le conseillerais pas. Avant deux ans, leur utilisation peut être judicieuse mais doit intervenir dans les 24 à 48 heures qui suivent l’apparition de la maladie. Une étude a par ailleurs montré que l’échinacée était tout aussi efficace que les antiviraux chez des adultes non hospitalisés.

Le vaccin contre la grippe est-il aussi recommandé chez l’enfant?
Oui, car les enfants de moins de deux ans courent un risque accru de complications. Au Japon, la vaccination des enfants contre la grippe a permis de réduire la mortalité chez des patients adultes ayant contracté la maladie. Le plan vaccinal suisse ne recommande toutefois pas explicitement de vacciner les enfants contre la grippe, malheureusement.

L’idée reçue selon laquelle le vaccin contre la grippe peut déclencher la maladie a la vie dure. Pourquoi est-elle fausse?
Parce que ce vaccin contient uniquement des composantes mortes du virus, qui ne peuvent pas se multiplier. Il ne peut donc pas déclencher la grippe. Il peut toutefois rarement avoir des effets indésirables comme les douleurs dans les membres et la fièvre. Et cela a aussi du bon: si vous présentez de tels effets indésirables, vous pourriez développer une meilleure protection contre le virus.

Les refroidissements et la grippe au Moyen-Âge
Au Moyen-Âge, on croyait que les maladies étaient la conséquence d’un déséquilibre entre les humeurs (liquides organiques) ou une punition des péchés. On ne connaissait alors pas la différence entre grippe et refroidissements. Au XIe siècle, la religieuse Hildegarde de Bingen décrivit une poudre contre la grippe considérée comme un remède miracle contre diverses infections virales. Elle se composait de géranium sauvage, de pyrèthre (plante médicinale ressemblant à la camomille) et de noix de muscade. Cette poudre était inhalée par le nez en cas de rhume, intégrée dans les gâteaux ou les omelettes en cas de toux et ajoutée à du vin chaud pour soigner les enrouements.

* Le Dr Werner Albrich, privat-docent, est médecin-chef à la clinique d’infectiologie et d’hygiène hospitalière de l’hôpital cantonal de Saint-Gall.