rotate background

Refroidissement

Ces virus qui nous gâchent la vie

Les rues grouillent de monde, les cafés sont pleins à craquer et les transports en commun bondés. Pas de doute possible: c’est la période du carnaval. Autant dire que les virus responsables des refroidissements sont à la fête.

Rebecca Buchmann, pharmacienne

Nous souffrons en moyenne deux à trois fois par an d’un refroidissement. Les enfants peuvent être touchés jusqu’à dix fois par an, car leur système immunitaire n’a pas encore dû faire ses preuves aussi souvent. L’infection d’allure grippale, aussi appelée «rhume» ou «refroidissement», ne doit pas être confondue avec la grippe. Un refroidissement commence insidieusement par une sensation de gorge «qui gratte» suivie d’une rhinite et d’une toux, tandis que la grippe se caractérise par une forte fièvre et une sensation d’abattement. Les refroidissements peuvent être provoqués par quelque 200 virus différents.

Une prédilection pour la saison froide
Pourquoi ces virus nous frappent-ils plus souvent en hiver? Toute une série de facteurs entrent en ligne de compte: ils survivent plus longtemps quand il fait froid dehors et quand l’humidité ambiante est moins élevée, ils profitent de ce que notre système immunitaire est souvent déjà affaibli et adorent la promiscuité des bus ou des trams, par exemple. Mais ne nous avouons pas vaincus si facilement: avec quelques connaissances de base et règles comportementales, nous pouvons contrer ces pénibles trouble-fêtes.

Ils sont partout
Ces virus se propagent par gouttelettes d’une personne à l’autre. Dans ce type d’infections, les microorganismes présents dans la gorge et le nez se retrouvent dans l’air ambiant lors d’un éternuement, d’une quinte de toux ou par la simple parole. Les éternuements sont les champions toute catégorie en termes de vitesse et de distance de propulsion: ils catapultent les infimes particules virales à pas moins de 180 km/h. Une distance de trois mètres permettra de vous mettre à l’abri. Rappelez-vous que les virus libérés dans l’air restent infectieux pendant 30 à 60 minutes, une autre bonne raison pour ne pas oublier d’aérer régulièrement la maison en hiver. Les mains aussi véhiculent les agents pathogènes: sur les poignées de porte, les billets de banque et les personnes que nous rencontrons. Les scientifiques ont pu prouver qu’un même virus peut circuler jusqu’à six fois de main en main.

Hyper résistants…
Le temps de survie des pathogènes sur les objets et surfaces est variable. Quelques heures en ce qui concernent les virus responsables des refroidissements. Il est donc conseillé de nettoyer les téléphones et claviers d’ordinateur partagés par plusieurs personnes. Les produits ménagers ordinaires suffisent pour nettoyer votre intérieur. Si vous le souhaitez, ou en présence d’une infection très contagieuse, vous pouvez aussi utiliser des produits désinfectants pour les surfaces. Sachez toutefois qu’ils ne sont pas tous actifs contre les principaux agents pathogènes. Misez donc sur des produits certifiés portant la mention «virucide». Pour désinfecter les surfaces, utilisez de préférence des lingettes à usage unique. Sinon, lavez tous vos chiffons et lavettes à 60 °C pour détruire les microorganismes.

… mais nous pouvons les tenir en échec
Partout, ça tousse, ça râle et ça renifle: la saison des refroidissements bat son plein. Éviter la foule, se laver les mains et bien nettoyer les objets d’usage courant sont des astuces qui ont fait leurs preuves. Votre système immunitaire est aussi là pour vous aider de l’intérieur. En hiver, il a particulièrement besoin d’une alimentation équilibrée et riche en vitamines, de bon air et de suffisamment de sommeil. En phytothérapie, l’échinacée pourpre (Echinacea purpurea) est un véritable «booster d’immunité». Elle stimule nos défenses et se prend en prévention ou, à plus fortes doses, dès les premiers signes de refroidissement. Le zinc agit également sur nos cellules immunitaires. Cet oligoélément est surtout présent dans les noix, les graines et les légumineuses. On le trouve aussi à fortes doses sous forme de complément alimentaire. Dans les préparations combinées, il est souvent associé à la vitamine C pour une action renforcée.

Des envahisseurs venus de l’extérieur…
Les muqueuses du nez et de la gorge jouent un rôle primordial pour nous défendre contre les virus impliqués. Elles sont le premier point de contact avec les pathogènes potentiels et ont une fonction nettoyante et immunologique. L’air sec des pièces chauffées a toutefois tendance à les dessécher et réduit ainsi leur capacité à piéger les virus. Boire suffisamment, utiliser des sprays nasaux et faire des inhalations sont de bons moyens pour garder les muqueuses humides. Par ailleurs, une pommade nasale au dexpanthénol ou à l’acide hyaluronique soigne et réhydrate. Un humidificateur ou un linge humide sur le radiateur permettront en outre d’humidifier l’air intérieur.

… à l’origine de multiples symptômes
Il n’existe toujours pas de remède miracle contre les virus responsables des refroidissements. Si vous êtes touché(e), soyez patient(e) et buvez des tisanes! Pour rendre cette période un peu plus agréable, de nombreux petits trucs permettent de soulager les symptômes. Ce mélange de plantes bien de chez nous a plus d’un tour dans son sac: les fleurs de tilleul font transpirer en cas de fièvre, la sauge soulage les maux de gorge tandis que le thym et le plantain lancéolé luttent contre la toux. Pour faciliter la respiration nasale, pensez aux sprays nasaux à l’eau de mer, à l’eucalyptus ou aux vasoconstricteurs – seulement à court terme pour ces derniers. Par ailleurs, les douches nasales facilitent la respiration et chassent les microbes qui s’accrochent à la muqueuse. Un bain anti-refroidissement vous fera aussi beaucoup de bien. Si vous êtes surtout gêné(e) par la toux et par vos bronches, il existe de nombreuses préparations contre la toux.

Quels que soient vos symptômes, en cas de refroidissement, une visite à la pharmacie vaut toujours la peine pour trouver la solution qui vous soulagera le mieux. Et si vous voulez malgré tout vous jeter dans la cohue du carnaval, ne perdez pas de vue les grandes règles comportementales à respecter.

Les bonnes manières de la victime d’un refroidissement
Lorsque vous toussez et éternuez, détournez-vous et protégez votre visage avec un mouchoir. Si vous n’en avez pas sous la main, protégez votre bouche et votre nez derrière le creux de votre coude.
– Renoncez aux embrassades et aux serrages de mains pour saluer les personnes que vous rencontrez.
– Utilisez des mouchoirs en papier et jetez-les directement après utilisation.
– Lavez-vous plus souvent les mains, surtout après une crise de toux ou d’éternuements.
– En déplacement, utilisez un désinfectant pour les mains: appliquez le produit sur les mains sèches et ne les rincez pas.