rotate background

Varicosités, varices, troubles hémorroïdaires

Troubles veineux sous contrôle

Selon les estimations, un tiers de la population suisse souffrirait de varicosités, de varices ou de troubles hémorroïdaires. Il existe toutefois des mesures de prévention et des traitements efficaces et pas si compliqués!

Christiane Schittny

Les troubles veineux touchent surtout deux régions du corps. D’une part, les jambes, quand les valvules veineuses et les parois des vaisseaux sont abîmées et que le sang ne peut plus être acheminé efficacement jusqu’au cœur. Avec à la clé des œdèmes, des varices ou, dans le pire des cas, une thrombose (occlusion d’une veine par un caillot de sang). D’autre part, un réseau de veines et d’artères situé juste au-dessus du sphincter anal, formant des corps caverneux que l’on appelle «hémorroïdes» et qui assurent l’étanchéité de l’anus avec le sphincter anal. Quand ces vaisseaux se dilatent, ils peuvent provoquer une crise hémorroïdaire.

L’insuffisance veineuse
Quand les veines des jambes ne parviennent plus à ramener le sang vers le cœur comme elles le devraient, il stagne dans les vaisseaux. La pression ainsi provoquée peut endommager durablement les veines et les dilater. En conséquence, les jambes gonflent, deviennent lourdes et parfois douloureuses. De petites veines superficielles rouges-bleues en forme de toile d’araignée apparaissent sur les jambes, le plus souvent sur les cuisses. C’est ce qu’on appelle les télangiectasies, ou varicosités. Il s’agit avant tout d’un problème esthétique mais qui peut aussi être un signe annonciateur de varices. Les varices touchent de plus grosses veines et forment des lignes tortueuses très visibles au niveau du bas des jambes, des mollets et du creux des genoux. Avec le temps, elles peuvent favoriser l’apparition de modifications cutanées caractérisées par des zones de peau squameuses et prurigineuses, surtout au niveau des chevilles. L’insuffisance veineuse chronique peut entraîner des thromboses ou une mauvaise cicatrisation des plaies.

Les causes de l’insuffisance veineuse
Les maladies veineuses apparaissent généralement de manière insidieuse. Il faut souvent plusieurs facteurs favorisants avant que l’insuffisance veineuse ne survienne. Certains facteurs de risque ne sont pas influençables. Notamment l’âge, les grossesses en cours ou antérieures ou une prédisposition familiale. En revanche, d’autres facteurs peuvent être influencés par des changements de comportement, comme le surpoids, le manque d’exercice ou le tabagisme.

Le traitement des problèmes veineux
Selon le degré de sévérité de la maladie, on peut envisager plusieurs types de traitement. Les bas de maintien et de contention sont souvent le traitement de référence, car ils soutiennent la fonction veineuse. Il importe de les faire bien ajuster par un professionnel, p. ex. en pharmacie, et de les porter régulièrement. Les produits aux extraits de plantes comme la vigne rouge, le marron d’Inde ou l’hamamélis peuvent renforcer les veines et soulager les symptômes. Ainsi, des préparations contenant des bioflavonoïdes, comme la diosmine, s’avèrent surtout très efficaces en raison de leur action stabilisante sur les vaisseaux. Dans les cas plus sévères, les varices seront éventuellement sclérosées ou enlevées lors d’une opération chirurgicale.

Sujet tabou: les hémorroïdes
Les causes des crises hémorroïdaires ne sont pas encore entièrement élucidées à ce jour. Ce qui est sûr, c’est qu’elles ont un lien avec le fait de pousser trop longtemps et trop fort pour évacuer des selles dures, ce qui augmente la pression sur les hémorroïdes, constituées de vaisseaux à la paroi très fine et fragile. Le sang y reste bloqué et les vaisseaux se courbent et forment des nodosités, ce qui les rend plus sensibles aux lésions et peut donc se manifester par des saignements, des démangeaisons et des douleurs. Malheureusement, ce problème fréquent et souvent indépendant de l’âge reste encore un sujet tabou, car de nombreuses personnes en ont honte et renoncent à consulter. Pourtant, plus on agit vite, mieux on peut soulager les symptômes. Il est en outre important de consulter pour exclure un problème plus grave.

Prévention et traitement des crises hémorroïdaires
L’un des moyens les plus efficaces pour prévenir les crises hémorroïdaires est de veiller à avoir des selles souples et suffisamment volumineuses ne nécessitant pas de pousser. L’alimentation doit donc comporter un maximum de fibres sous forme de fruits, de légumes et de produits aux céréales complètes. Des apports suffisants en liquide, l’exercice physique et un poids raisonnable contribuent également à prévenir les crises. Selon le degré de sévérité du problème, il existe différentes possibilités de traitement. Notamment des suppositoires et des pommades aux propriétés rafraîchissantes et antiprurigineuses, ou à base de substances anti-inflammatoires, désinfectantes ou hémostatiques. L’application externe d’un anesthésique local ou de cortisone peut aussi être utile. Les veines affaiblies peuvent en outre être renforcées de l’intérieur. Par exemple par une cure de préparations phytothérapeutiques, notamment à base, une fois encore, de bioflavonoïdes. Il existe aussi des options chirurgicales pour venir à bout des cas les plus récalcitrants.

L’importance de la prévention
En cas de prédisposition familiale ou chez les personnes qui présentent déjà des signes de maladie veineuse, la prévention prend tout son sens:
Contrôlez votre poids et réagissez rapidement en cas de prise de poids.
Portez des vêtements confortables, qui ne vous serrent pas en position assise, et renoncez aux talons hauts.
• Retenez cette règle d’or: mieux vaut marcher ou s’allonger que rester debout ou assis. En position assise ou couchée, surélevez vos jambes si possible.
Pratiquez des exercices spécifiques de gymnastique veineuse et/ou la «marche pour les veines», deux techniques que vous pouvez apprendre auprès d’un spécialiste.
Faites suffisamment d’exercice: la natation, le vélo et la randonnée sont des sports idéaux; le tennis ou le basket, en revanche, sont moins adaptés, car ils soumettent les jambes à des à-coups et à des chocs.
Renoncez au tabac.