rotate background

Allergies

Quand les allergies sont du voyage

Même en vacances, les allergies ne nous épargnent pas. Selon les symptômes, différentes mesures peuvent être utiles. Face aux démangeaisons d’une piqûre de moustique ou à une allergie alimentaire, des préparatifs adéquats permettront de passer de bonnes vacances quelle que soit votre destination.

Irene Strauss, pharmacienne

Vous savez ce que c’est… Avant un voyage prévu de longue date, tout arrive toujours en même temps. Vous avez encore un tas de choses à faire et on peut dire que vous avez les nerfs en pelote. Un seul mot de travers peut vous faire exploser. Quand vous repensez à la situation quelques jours plus tard – tout à fait détendu(e) et parfaitement à l’aise dans le rythme local des Caraïbes – vous vous rendez à l’évidence: vos réactions étaient tout à fait excessives. Le système immunitaire d’une personne allergique pêche lui aussi par excès. Au contact de substances inoffensives en soi, comme les pollens, les noix ou le venin d’un insecte, il surréagit complètement de manière transitoire. Il libère de grandes quantités d’histamine, ce qui provoque un certain nombre de symptômes allergiques. Vous serez alors content(e) de pouvoir sortir le traitement adéquat de votre valise!

Rhume des foins
L’allergie au pollen touche environ 1,2 million de Suisses. Vous faites partie du lot? Si les premiers arbres en fleurs comme le noisetier et le bouleau ne représentent plus une menace à ce moment de l’année, les graminées et l’armoise vont s’en donner à cœur joie dans les prochains mois. Un changement d’air vers une destination où ces plantes ne fleurissent pas peut s’avérer bénéfique. Un séjour à plus haute altitude peut aussi aider si la saison pollinique de la plante concernée n’a pas encore démarré en montagne. En revanche, si la concentration pollinique est élevée dans votre lieu de vacances, n’oubliez en aucun cas vos lunettes de soleil afin de protéger vos yeux des méfaits de ces nuisances de la taille d’une poussière. Démangeaisons, gonflements, écoulement nasal et larmoiements intempestifs peuvent en outre être soulagés par des moyens simples:
– des douches nasales ou un spray à l’eau de mer. Rien de tel pour chasser courtoisement les grains de pollen de vos narines.
– un collyre et un spray nasal antiallergiques.
des antihistaminiques en comprimés
. On vous indiquera volontiers en pharmacie quel produit de synthèse, phytothérapeutique ou homéopathique est le plus adapté à votre situation.

Allergie au soleil
Été, vacances… allergie au soleil? Beaucoup de vacanciers présentent de petites pustules rouges et prurigineuses sur les zones de peau exposées au soleil comme le décolleté ou la face externe des bras, surtout au début de l’été, lors des premiers contacts intensifs avec les UV. Si vous pensez qu’il s’agit d’une allergie au soleil, détrompez-vous: d’un point de vue médical, l’allergie suit un schéma bien précis (voir l’illustration). Cette réaction cutanée à un excès de soleil caractérisée par des démangeaisons (photodermatose polymorphe) est due à un autre phénomène, même s’il n’est pas encore parfaitement expliqué. Pour renforcer votre peau à l’avance, vous pouvez recourir à des produits de soin de grande qualité et veiller à consommer des antioxydants (p. ex. caroténoïdes, vitamines C et E) et des acides gras polyinsaturés. Sur votre lieu de vacances, privilégiez l’ombre, évitez toute exposition entre 11 et 15 heures et utilisez systématiquement un produit de protection solaire à indice élevé. Un chapeau à larges bords rend aussi de bons offices. Une lotion ou un spray après-soleil calmant soulagera les légères irritations. Les gels aux principes actifs antiallergiques ou les crèmes à la cortisone calment les démangeaisons. Leur effet sera renforcé par la prise d’un antihistaminique en comprimés.

Allergies médicamenteuses liées au soleil
Certains médicaments sont particulièrement sensibles à la lumière. Ils doivent donc être conservés à l’abri de la lumière. Mais saviez-vous que certaines molécules peuvent aussi être modifiées par la lumière du soleil après leur ingestion ou leur application sur la peau? Les ultraviolets entraînent la formation de produits de dégradation qui se lient aux structures endogènes et peuvent ainsi induire des «réactions photoallergiques». Cet effet est connu avec les diurétiques, des médicaments qui favorisent l’excrétion urinaire comme l’hydrochlorothiazide, mais aussi avec la chloroquine, un antipaludique, ou certains psychotropes comme l’amitriptyline. Demandez à votre pharmacien si le médicament que vous prenez régulièrement est concerné et comment vous devez vous comporter par rapport au soleil.

Allergies au venin d’insectes
Qui n’a jamais ressenti ces horribles démangeaisons consécutives à une piqûre d’insecte? Les répulsifs anti-insectes sont là pour nous prémunir des attaques de moustiques et de taons. Des vêtements clairs et amples ou une moustiquaire pour la nuit éloigneront aussi ces petits vampires indésirables. Si vous vous faites piquer malgré tout, vous obtiendrez un soulagement rapide à l’aide d’un gel ou d’un flacon à bille réfrigérant aux actifs antiallergiques. En cas de démangeaisons intenses, vous pouvez aussi prendre un antihistaminique. La plus grande prudence s’impose en revanche en cas d’allergie au venin d’abeille ou de guêpe, car elle peut induire un choc anaphylactique potentiellement fatal. Les personnes concernées doivent toujours avoir un kit d’urgence à disposition afin de pouvoir réagir immédiatement en cas de piqûre. Et doivent toujours l’emporter dans leur bagage à main quand elles prennent l’avion!

Allergie alimentaire
Si vous souffrez d’une allergie alimentaire, la solution passe par l’éviction stricte du facteur déclenchant. Pour y parvenir aussi à l’étranger, établissez la liste des aliments auxquels vous êtes allergique avant votre départ. Traduisez-la dans la langue parlée sur votre lieu de vacances et gardez-la toujours à portée de main, p. ex. dans votre porte-monnaie. En cas de problèmes de communication, vous pourrez ainsi être sûr(e) de vous faire comprendre. Emporter avec vous un kit d’urgence n’est nécessaire que si vous souffrez d’une réelle allergie alimentaire et non d’une simple intolérance. Votre médecin et votre pharmacien peuvent vous en dire plus.
Avec tous ces conseils, reste à espérer que vous serez parfaitement préparé(e) à des vacances bien méritées. Car, après tout, vos nerfs ne sont pas les seuls qui méritent de se reposer sous ces horizons lointains: votre système immunitaire hyperréactif en a bien besoin aussi!

Vous voyagez en avion?
Si vous souffrez d’une allergie susceptible de mettre la vie en danger, ayez toujours avec vous dans votre bagage à main:
– un passeport d’allergie multilingue pour l’étranger.
– un kit d’urgence prescrit par votre médecin (antiallergique, cortisone et, éventuellement, un stylo injecteur d’adrénaline).
– un certificat médical pour la détention du kit d’urgence (surtout s’il contient des solutions injectables): pour pouvoir emporter un kit d’urgence dans son bagage à main, il est nécessaire de disposer d’une attestation écrite du médecin. Des modèles sont aussi disponibles en pharmacie.
– une copie de l’ordonnance avec le nom des préparations et des principes actifs. Si vous perdez vos médicaments, vous pourrez ainsi rapidement vous procurer leur équivalent à l’étranger.