rotate background

Calendrier de l’Avent pour le bien-être

Traverser l’Avent en 24 étapes

On se souhaite traditionnellement un «Joyeux Noël» dans toutes les langues du monde. Mais l’Avent peut aussi apporter son lot de petits bonheurs. Il invite à prendre le temps de se reposer, de réfléchir et de se détendre.

Meta Zweifel

1. Vous rappelez-vous l’excitation avec laquelle vous ouvriez la première petite porte de votre calendrier de l’Avent lorsque vous étiez enfant? Ou la joie de vos enfants quand ils voyaient apparaître l’image de leur calendrier? Ces souvenirs, petits mais tellement précieux, sont de véritables sels minéraux pour notre âme.

2. Ce conseil peut sembler quelque peu stupide, mais il revêt un important sens caché. Lorsque vous vous regarderez dans le miroir aujourd’hui, au moment de vous peigner ou d’appliquer votre lotion après-rasage, pensez à sourire amicalement à votre reflet. Cela fait du bien et remonte le moral. Essayez!

3. Il y a les «fans de Noël» qui adorent célébrer cette tradition. Et il y a ceux qui détestent l’ambiance de Noël et la course aux cadeaux. Mais ne devrions-nous pas être heureux et reconnaissants d’avoir la possibilité de fêter Noël et de s’offrir des cadeaux?

4. Une personne de votre entourage a besoin de réconfort? Offrez-lui donc un petit cadeau lors de chaque dimanche de l’Avent. Voici quelques exemples de présents qui peuvent être facilement envoyés dans une enveloppe solide: un petit sac pour parfumer le linge, quelques sachets de délicieux thé, des timbres de Noël, un petit sachet contenant un masque douceur pour le visage… et toujours accompagnés d’une pensée amicale.

5. Les figurines moulées en pâte sont appelées «Gebildbrote» (pâtisseries figuratives). On façonne de petits personnages en pâte, hommes et femmes – et aucun ne doit correspondre à un idéal de beauté. Le principal est de les cuire à cœur. Un vrai régal!

6. Heureusement, il y a la Saint-Nicolas. L’occasion idéale pour une invitation: l’hôte n’est ici pas tenu(e) de réaliser des présentations culinaires exigeantes. L’objectif est de passer un agréable moment tous ensemble. Bougies, parfum de mandarine, doux bruit des casse-noix…

7. Le mot d’ordre du jour pour résister au stress: «Tout fini toujours bien. Si ça ne va pas, c’est que ce n’est pas la fin.» Alors on reprend courage et on va de l’avant.

8. Que ce soit la liste des cadeaux ou des courses pour le repas de Noël, faire des listes est toujours très utile. Rédigez dès aujourd’hui aussi une «liste des sympathies» qui restera entièrement privée. Qui est bienveillant avec moi, qui est honnête avec moi et me traite avec gentillesse, avec qui ai-je des contacts amicaux? Il est possible que cette liste soit plus longue que vous ne le pensiez au départ.

9. Aujourd’hui, on prend ce qui vient: on ne se désole pas pendant des heures si un rendez-vous tombe à l’eau, si une bonne idée n’est pas acceptée ou si une bonne action n’est pas récompensée.

10. Le mieux est souvent l’ennemi du bien. Plutôt que d’acheter un cadeau de Noël coûteux pour quelqu’un qui a déjà «tout», offrez

  • une invitation à déguster un thé de l’Avent à l’anglaise,
  • un bon pour déguster une tresse au beurre, un gâteau fait maison selon la recette familiale ou un dîner avec la personne de son choix,
  • une invitation à une longue promenade hivernale au zoo,…

Toutes les fantaisies sont permises!

11. Les cartes de Noël personnalisées sont toujours très appréciées. Attention toutefois aux cartes sur lesquelles on voit une famille heureuse ou de magnifiques petits-enfants rire aux éclats. Ces sujets peuvent avoir l’effet inverse si le destinataire a perdu un proche, s’il y a des querelles dans sa famille ou si cette personne souffre secrètement de ne pas avoir d’enfants ou de petits-enfants.

12. Et si on voyait la vitamine D différemment aujourd’hui? La vitamine du soleil pourrait être synonyme de gratitude: pour quelles choses pouvez-vous ou devriez-vous avoir de la reconnaissance? Envers quelles personnes éprouvez-vous de la gratitude? Y a-t-il quelqu’un à qui vous vouliez dire depuis longtemps déjà «Merci d’être là»?

13. Faites-vous, à vous aussi, un petit plaisir pendant cette période de l’Avent. Un massage avec une huile corporelle aromatique, un petit-déjeuner aux chandelles, un délicieux gâteau, une longue conversation téléphonique, un parfum stimulant, un sac rempli de marrons chauds: offrez-vous tout simplement quelque chose dont vous pourrez profiter. Retenez ceci: qui ne profite pas de la vie devient invivable.

14. Vous aimez les décorations de Noël, les angelots lumineux, tout ce qui brille et scintille, etc.? Ou trouvez-vous que c’est terriblement kitsch? «Quand on a bon goût, on peut se permettre le kitsch sans problème et y prendre du plaisir», a un jour déclaré le Bâlois Johann Wanner, «roi de la décoration de Noël» réputé dans le monde entier dont les créations ont déjà orné des palais royaux ou encore la place Saint-Pierre de Rome.

15. Les jeunes enfants ont le don merveilleux de se réjouir des petites choses. Mais en grandissant, leurs convoitises augmentent. Parents, grands-parents, parrain et marraine doivent avoir le courage d’expliquer ce qui est possible et ce qui ne l’est pas (et pour quelles raisons). Et si la joie et l’effet waouh font place à la déception ou même à la colère, il faut faire avec – des deux côtés.

16. Organisez et célébrez les fêtes de Noël de la manière qui vous correspond, à vous, à votre ressenti, à vos attentes. «Soyez vous-même, les autres sont déjà pris.» (Oscar Wilde)

17. Single bells: les personnes seules, surtout les plus âgées, ont bien souvent du mal à prendre part à la joie de Noël. Elles se sentent presque marginales au beau milieu de toute l’agitation de ces fêtes familiales. Petit «conseil à reproduire chaque année»: inviter quelqu’un à partager vos fêtes de Noël. Et qui plus est: les journaux mentionnent souvent l’organisation de fêtes ouvertes à tous. Les paroisses proposent aussi des fêtes et des concerts pour les personnes seules – sans aucun engagement.

18. C’est pendant l’Avent, avant même Noël, que les étoiles à la cannelle, les Mailänderli, les pains d’anis et autres délices culinaires ravissent le mieux nos papilles. Prévoyez donc un petit sac rempli de quelques-uns de ces délices pour le vieux monsieur d’à côté, pour la collègue du cours de langue, pour les voisins un peu grincheux… un petit cadeau de l’Avent qui peut avoir beaucoup d’effet.

19. Les «santons», petits Saints, désignent ces petites figurines provençales en argile, très colorées, représentant les personnages de la crèche. Le boulanger, le bourgmestre, la femme aux œufs, la femme avec le tricot – tous veulent voir l’enfant dans la crèche. La sainte Famille accueille tout le monde, même le brigand. Dans certaines crèches provençales, une petite figurine est accroupie dans un coin, en train de faire ses besoins. Une banalité du quotidien, à côté des anges et des auréoles.

20. Prendre trois minutes pour s’arrêter, rester assis(e) calmement ou être tranquillement debout. Ne rien écouter d’autre que sa propre respiration. Inspirer, expirer. Laisser pénétrer la sérénité dans votre corps.

21. Pas assez de place pour installer un sapin de Noël, pas assez de temps pour le décorer et, plus tard, le démonter? Une solution possible: aller se promener en forêt avec des amis, accrocher quelques bougies à un petit sapin et les allumer, boire un thé ou un vin chaud préparé dans une bouteille isotherme, déguster une délicieuse collation et profiter de ce temps agréable et sans contrainte passé ensemble.

22. «Je crois au soleil même quand il ne brille pas. Je crois en l’amour même quand je ne le sens pas»: tels sont les mots courageux d’un(e) véritable optimiste. Nous voici au solstice d’hiver: désormais, les journées vont recommencer à s’allonger.

23. Quatrième et dernier dimanche de l’Avent 2018. Ne pas courir partout, ne pas réfléchir constamment à ce qu’il reste à faire. Se reposer, aller se promener et ne pas contrarier l’approche de l’ange de Noël.

24. Joyeux Noël! Place à l’émerveillement – tout ne sera peut-être pas parfait ou ne se déroulera pas tout à fait comme on l’aurait voulu. Mais comme l’a dit Pearl S. Buck, femme de lettres américaine d’une grande sagesse: «La vraie sagesse de la vie consiste à voir l’extraordinaire dans l’ordinaire.